Qu'est que le Shiatsu

Le shiatsu, littéralement pression des doigts, plutôt qu’une médecine au sens occidental du terme peut se définir comme une « avant médecine » discipline d’hygiène naturelle et de prévention santé.
De ce point de vue le shiatsu a pour vocation de solliciter les pouvoirs d’autorégulation, ou d’auto-guérison inhérents à chacun.

Bien qu’utilisé par de nombreux professionnels de la santé (certains médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, psychothérapeutes)  cette pratique ne suggère en aucun cas une assimilation aux pratiques médicales et ne saurait s’y substituer. Elle s’inscrit dans le champ des méthodes alternatives de prévention et préservation du bien-être et de la santé.

Votre patient ou votre élève est votre maître

Shizuto Masunaga

Praticien et auteur de livre sur le Shiatsu

Le Shiatsu oui mais pour qui ?

Cette pratique s’adresse à toute personne qui souhaite préserver ou développer les capacités naturelles  de bien être physiques, mentales, émotionnelles inhérentes à son propre organisme. Cette discipline d’attention sensorielle sans contre-indications, sera profitable à toute personne recherchant un fonctionnement plus harmonieux et un meilleur équilibre général.

Pourquoi choisir cette pratique ?

Le choix de cette pratique contribue à :

Trouver un espace et temps d’écoute pour se ressourcer

Réduire le stress, les tensions, l’anxiété

Se détendre profondément  et durablement

Stimuler et renforcer les capacités d’auto-défense de l’organisme

Équilibrer le potentiel énergétique

Soulager les douleurs musculaires et articulaires, (ex: mal de dos)

Cette liste n’est pas exhaustive et c’est à travers un entretien avec le praticien qu’il sera possible d’évaluer les besoins personnels.

zenqi-background-aquarelle-bouda

Comment se déroule une séance de Shiatsu ?

La séance de shiatsu n’est ni massage, ni idéologie, ni médecine au sens occidental du terme, la pratique d’une séance de shiatsu mets en jeu une interrelation énergétique et une authentique disponibilité d’attention sensitive donneur/receveur. En résumé, la mise en œuvre pratique requière entre autres capacités inconditionnelles, respect, écoute, humilité, bienveillance.

La durée des séances, après un entretien/bilan varient en fonction de la pratique choisie et des besoins du demandeur. En moyenne 45 à 60 minutes pour une séance traditionnelle, un shiatsu assis dure environ 25/30 minutes. La séance est donnée soit au sol sur un futon, sur une table ou bien sur une chaise ergonomique en fonction des attentes et besoins du patient qui reste vêtu de vêtements amples et confortables.

Les origines du Shiatsu

Il semble que le mot shiatsu soit apparu pour la  première fois au Japon, en 1920, inspiré par de très nombreux courants originaires de la médecine traditionnelle Chinoise.

C’est en 1925 que fut probablement crée la première clinique de shiatsu à Muroran (Hokkaido). Plus tard le japonais Tokujiro NAMIKOSHI  ouvre son premier cabinet de shiatsu en 1940 et peut-être considéré comme un précurseur fondamental du shiatsu
Un autre grand précurseur élève de NAMIKOSHI fut, Shizuto MASUNAGA qui réintroduit les principes de base de la Médecine Traditionnelle Chinoise (cinq éléments, Yin et Yang, les méridiens, etc…), et plus particulièrement la notion de vide et de plénitude appelés respectivement kyo et jitsu. Entre autre innovation, Il intégra clairement à sa pratique, l’importance de la prise en compte des aspects psychologiques en relation avec les symptômes.
Mentionnons également l’apport considérable du professeur Ryūhō Okuyama à travers le Shiatsu médical KOHO. Enfin, on peut citer l’intérêt indéniable représenté par les spécificités de l’ohashiatsu, du shiastu yoseido du shiatsu ryotan tokuda.ou encore celles du shiatsu myo-énergétique.

Le shiatsu est une des huit approches alternatives désignées dans la résolution A4-0075/97 du Parlement européen votée le 29 mai 1997, en tant que « médecine non conventionnelle digne d’intérêt » . En 1955, le ministère japonais de la Santé a reconnu officiellement cette pratique comme médecine à part entière.

Il existe plusieurs approche, mais toutes se réfèrent aux mêmes trajets spécifiques nommés « méridiens » sur le parcours desquels sont identifiés des points énergétiques vitaux appelés  « tsubos» .C’est à partir de ces trajets et points que le praticien peut appliquer une technique faite principalement de pressions/relâchements pour une grande part avec les doigts.

À lire…